La police empêche Bemba de rejoindre sa résidence près du palais de Kabila

Jean-Pierre Bemba, à côté d’Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC, après son arrivée à l’aéroport international de N’Djili, à Kinshasa, 1 août 2018. L’ex-chef de guerre et ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, accueilli triomphalement mercredi à Kinshasa par des centaines de milliers de partisans, a été empêché de rejoindre ses propriétés proches de la résidence du président Joseph Kabila. « J’ai reçu des instructions claires et précises: le sénateur Bemba ne peut pas franchir cette barrière », a déclaré dans l’après-midi le chef de la police de Kinshasa, Sylvano Kasongo. Les policiers ont barré une grande avenue de la capitale qui mène directement vers la commune résidentielle de la Gombe, siège du… Montrer plus

Lire la suite

En Afrique, la multitude de partis politiques donne une illusion de démocratie…

En Afrique, la multitude de partis politiques donne une illusion de démocratie Le vote récent d’une loi au Sénégal illustre la pléthore de partis politiques. Mais ceux-ci n’existent souvent que sur le papier et le pouvoir reste entre les mains de grands partis au service d’un homme politique. « Ces partis disparaissent à la même vitesse qu’ils se créent » (Kamissa Camara) Les députés sénégalais ont adopté le 19 avril une nouvelle loi électorale qui impose un parrainage de 0,8% du corps électoral, soit 52.000 signatures, à tous les candidats à la présidentielle. Le vote est passé dans un climat de contestation avec des rixes entre députés mais ausi des affrontements à… Montrer plus

Lire la suite

Arrivée de l’ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba à Kinshasa

Des partisans de l’ancien Jean-Pierre Bemba à Bruxelles, Belgique, 30 juin 2018. Tout juste acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-chef de guerre et ex-vice président Jean-Pierre Bemba est rentré mercredi en République démocratique du Congo où il compte s’inscire dès jeudi parmi les candidats à la succession du président Joseph Kabila. Après onze ans d’absence dont dix en prison, M. Bemba, 55 ans, a atterri en jet privé en provenance de Belgique vers 8h30 GMT à l’aéroport de N’Djili où il a été accueilli par ses partisans du Mouvement de Libération du Congo (MLC). Au moins un membre du gouvernement de Joseph Kabila, le ministre des Relations avec… Montrer plus

Lire la suite

L’heure de vérité a sonné pour Kabila, Bemba et Katumbi face à la présidentielle en RDC

Photo : Joseph Kabila, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi. Partira, partira pas ? Rentreront, rentreront pas ? C’est l’heure de vérité en République démocratique du Congo, où le président Joseph Kabila et deux ténors en exil, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, vont devoir révéler s’ils participent ou non à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre. Le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne (2,3 millions de km2), qui n’a jamais connu de transition démocratique et pacifique, aborde mercredi une étape cruciale de son processus électoral, avec l’ouverture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle jusqu’au 8 août. Tous les yeux se tournent vers le « raïs » aux manières de sphinx, Joseph Kabila, qui jure… Montrer plus

Lire la suite

Katumbi a fait une demande pour rentrer le 3 août et Bemba annoncé ce mercredi 1er août.

Photo : Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi. L’opposant congolais en exil Moïse Katumbi a officiellement demandé l’autorisation de rentrer en République démocratique du Congo, où il compte déposer sa candidature à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre. Katumbi a demandé l’autorisation d’atterrir en jet privé vendredi 3 août à l’aéroport de Lubumbashi (sud-est) en provenance de Johannesburg, a-t-il indiqué à l’AFP en joignant sa lettre à la direction de l’autorité de l’aviation civile. L’ex-gouverneur du Katanga a joint une liste de sept passagers, dans ce courrier daté de Bruxelles. « Je suis à Johannesburg », a-t-il déclaré à l’AFP, se disant prêt à passer par voie terrestre par la Zambie si sa… Montrer plus

Lire la suite

Kabila promulgue la loi portant statut d’anciens chefs d’Etats élus en RDC

Le président Joseph Kabila prononce son adresse à la nation devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, à Kinshasa, RDC, 19 juillet 2018. (Twitter/Présidence RDC) La loi promulguée samedi met en quelque sorte les anciens chefs d’Etat élus ainsi que les anciens présidents de deux chambres du parlement à l’abri des poursuites judiciaires sauf pour crimes économiques, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Initiée par le sénateur Modeste Mutinga, la loi ne devrait à l’origine que couvrir les anciens chefs d’Etats d’élus, mais elle a été élargie après modifications aux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. La loi était l’un de principaux objets de la convocation… Montrer plus

Lire la suite

400.000 enfants en danger de mort au Kasaï…

400.000 enfants en danger de mort au Kasaï Le conflit qui ravage cette région de la République démocratique du Congo a des conséquences désastreuses, notamment pour les enfants. Ils sont plus de 770.000 à souffrir de la faim selon l’Unicef. Les chiffres de l’Unicef sont effarants. Environ 770.000 enfants souffrent de la faim dans la province du Kasaï en République démocratique du Congo. 400.000 sont en danger de mort dans cette région diamantifère du centre du pays, ruinée par un conflit entre l’armée et des miliciens coutumiers entre 2016 et 2017. À presque 3 ans, Marie pèse à peine plus qu’un nourrisson. Blottie dans les bras de sa mère, la petite… Montrer plus

Lire la suite

Hello world … Hello RD Congo !..

400.000 enfants en danger de mort au Kasaï Le conflit qui ravage cette région de la République démocratique du Congo a des conséquences désastreuses, notamment pour les enfants. Ils sont plus de 770.000 à souffrir de la faim selon l’Unicef. Les chiffres de l’Unicef sont effarants. Environ 770.000 enfants souffrent de la faim dans la province du Kasaï en République démocratique du Congo. 400.000 sont en danger de mort dans cette région diamantifère du centre du pays, ruinée par un conflit entre l’armée et des miliciens coutumiers entre 2016 et 2017. À presque 3 ans, Marie pèse à peine plus qu’un nourrisson. Blottie dans les bras de sa mère, la petite… Montrer plus

Lire la suite